En naviguant sur notre site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui assurent le bon fonctionnement de nos services.
Cliquez sur le bouton Plus d'information pour obtenir une aide détaillée sur le paramétrage des cookies dans votre navigateur Web.

Dans le jardin de la bête

Berlin, 1933. William E. Dodd, premier ambassadeur américain à présenter ses lettres de créance au chancelier Adolf Hitler, s'installe dans la capitale allemande avec sa femme et ses deux enfants, Bill et Martha. Dodd, qui est historien de formation et n'est pas habitué aux us et coutumes diplomatiques, rencontre très rapidement une vive opposition au sein du Département d'État à Washington.

Pourtant, cet ambassadeur atypique est aux premières loges pour observer la montée du péril brun. Intelligent, apprécié de ses pairs présents à Berlin et de certains dignitaires nazis, il essaiera de se convaincre, dans les premiers temps, que le Führer ne souhaite pas préparer de nouvelle guerre. Mais, horrifié par les persécutions envers les Juifs et les exactions à l'encontre des opposants politiques commises par les nazis, Dodd ne pourra finalement que prendre conscience de la véritable nature du régime hitlérien.

Pour bâtir ce récit historique, passionnant de la première à la dernière page, Erik Larson s'est appuyé sur de multiples sources officielles et personnelles (articles de presse, journaux intimes, câbles diplomatiques, ouvrages autobiographiques...). Grâce à cette minutieuse collecte d'informations, l'auteur est parvenu à restituer parfaitement l'atmosphère qui régnait en Allemagne à cette époque. Protagoniste majeur, Martha supplante rapidement son père au fil de la lecture. Jeune femme aux mœurs légères – nous dirions « libérée » de nos jours –, la brune Américaine est initialement séduite par les maîtres du pays. Elle deviendra ainsi la maîtresse de plusieurs d'entre eux, dont Rudolf Diels, premier chef de la Gestapo (bizarrement le nazi le moins antipathique), mais également de diplomates étrangers dont le Russe Boris Winogradov, qui la convaincra de travailler pour les services secrets soviétiques.

L'histoire contée par Larson connaîtra son apogée dramatique au moment de la « Nuit des longs couteaux », le 30 juin 1934. Hitler ordonne alors l'élimination des dirigeants de la Sturmabteilung (SA), la milice paramilitaire qui avait permis à la bête immonde d'accéder au pouvoir. Les SA éliminés, le Führer est désormais le maître absolu de l’Allemagne. Révulsé par la purge sanglante, l’ambassadeur Dodd sera l’un des rares diplomates américains à dénoncer jusqu’à sa mort, survenue en février 1940, ce régime fasciste qui gangrène le cœur de l’Europe. Pour tous remerciements, le président Roosevelt – sous la pression conjointe du Département d’État et du ministère allemand des Affaires étrangères – le relèvera de ses fonctions en décembre 1937.

Dans le jardin de la bête, de Erik Larson, Le Cherche Midi, 656 pages, 21 euros

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Jean-Philippe Elie

est journaliste et auteur.

Secrétaire national (Front démocrate) à la défense et à la sécurité

Autres articles dans cette catégorie : Le déclin de l'armée française »

Laissez un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

événements et manifestations