En naviguant sur notre site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui assurent le bon fonctionnement de nos services.
Cliquez sur le bouton Plus d'information pour obtenir une aide détaillée sur le paramétrage des cookies dans votre navigateur Web.

Nucléaire iranien : un accord conclu sur le fil Spécial

Conférence de presse suite à l'accord conclu sur le nucléaire iranien à Genève Conférence de presse suite à l'accord conclu sur le nucléaire iranien à Genève Crédit photo / U.S. Department of State

Contre toute attente, et après cinq jours de négociations marathon à Genève, Téhéran et les grandes puissances (États-Unis, Chine, Russie, Royaume-Uni, France et Allemagne) ont scellé, dans la nuit du 23 au 24 novembre, un premier accord historique ouvrant une nouvelle période de pourparlers sur le fond pendant six mois.

Le texte précise que la République islamique d'Iran a accepté de limiter son programme nucléaire en échange d'un allégement des sanctions économiques. Dans cette perspective, elle s’engage à :

  • cesser tout enrichissement d'uranium à plus de 5 % ;
  • démanteler les processus techniques nécessaires à un enrichissement supérieur à 5 % ;
  • neutraliser son stock d'uranium enrichi à près de 20 % ;
  • renoncer à la construction de nouvelles centrifugeuses à uranium ;interrompre les travaux visant à mettre en fonction un réacteur dans l'usine d'Arak ainsi que la production de combustible à destination de cette centrale, deux points particulièrement défendus par la délégation française ;
  • renoncer à construire des installations permettant l’extraction du plutonium à partir de combustible usagé.

Téhéran se soumettra également à des inspections internationales plus poussées. Selon la Maison-Blanche, des experts de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pourront accéder quotidiennement aux sites de Natanz et Fordow, ainsi qu’aux usines de fabrication de centrifugeuses et aux mines d'uranium. L'Iran devra par ailleurs communiquer des données sur le fonctionnement du réacteur d'Arak.

Seule voix discordante au milieu des satisfecit, le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a dénoncé, dans un communiqué, une erreur historique : « C'est un mauvais accord qui offre ce que l'Iran voulait : la levée partielle des sanctions et le maintien d'une partie essentielle de son programme nucléaire. […] L'accord n'a pas non plus abouti au démantèlement de la centrale d'Arak. La pression économique à laquelle est soumis l'Iran aurait pu amener à un bien meilleur accord qui aurait débouché sur un démantèlement des capacités nucléaires iraniennes. »

À l’inverse, Luc de Barochez, rédacteur en chef numérique au quotidien l’Opinion, se réjouit de l’accord en soulignant le rôle majeur joué par la France : « Elle a imposé sa vision stratégique il y a dix ans, en convaincant les États-Unis de viser non pas le changement de régime à Téhéran mais le désarmement, et d’y parvenir en jouant l’unité des grandes puissances et la carte des sanctions, afin de forcer l’Iran à renoncer tout en empêchant Israël d’agir. »

Quoi qu’il en soit, les négociations de Genève ont permis, pour l’instant, d’éloigner le spectre d’une guerre contre l’Iran. Elles lui reconnaissent un droit inaliénable à l’enrichissement civil, l’accord prévoyant notamment de l’aider à se doter de centrales nucléaires de production d’énergie électrique. Elles ouvrent, en outre, la voie à une renaissance des échanges commerciaux avec les Occidentaux.

Évaluer cet élément
(2 Votes)
Olivier d'Auzon

Est juriste, consultant auprès de la Banque africaine pour le développement, de la Banque mondiale ou encore de l'Union européenne. Il a participé à la rédaction de "L'Afrique des nouvelles convoitises" (Ellipses, 2011) et est l'auteur de plusieurs ouvrages juridiques.

Autres articles dans cette catégorie : « Nucléaire iranien : le dessous des cartes

Laissez un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Livres

événements et manifestations