En naviguant sur notre site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui assurent le bon fonctionnement de nos services.
Cliquez sur le bouton Plus d'information pour obtenir une aide détaillée sur le paramétrage des cookies dans votre navigateur Web.

Libye : une guerre qui n’a servi à rien ?

Combattants anti-Kaddhafi célébrant la victoire (bataille de Bani Walid - octobre 2011) Combattants anti-Kaddhafi célébrant la victoire (bataille de Bani Walid - octobre 2011) Crédit photo / Magharebia (CC license)

Plus de deux ans après la chute du régime de Kaddhafi, de nombreuses milices et d'anciens rebelles sont toujours actifs en Libye. Force est de constater qu’ils sont souvent beaucoup plus puissants et influents que les autorités officielles. Ils se substituent même à ces dernières dans certaines régions, déstabilisant ainsi le pays. Certains experts évoquent désormais le spectre de la guerre civile.

Pour preuve, l'enlèvement du Premier ministre libyen Ali Zeidan, brièvement détenu en octobre dernier par une milice théoriquement placée sous les ordres de Tripoli, illustre l'emprise des groupes armés d'affiliation locale et régionale dans un pays où le pouvoir central s'est effondré.

Plus récemment, des affrontements entre des groupes armés locaux et les rebelles de la ville de Misrata ont fait plus de dix victimes à Tripoli début novembre. Un groupe d'hommes lourdement armés en provenance de Misrata était entré dans la capitale avant de livrer des combats dans le quartier de Souk al Juma à l’est, afin de venger la mort de l'un de ses commandants tué plus tôt à cet endroit. Les assaillants ont utilisé des canons antiaériens montés sur des camions, ainsi que des lance-grenades. Plus de trente civils figurent parmi les blessés. « Des snipers tiraient. On se croyait revenu au temps de la révolution », s’est confié un habitant au quotidien Libya Herald.

Lire la suite dans l'espace adhérents

Pour adhérer à l'association Défense citoyenne, cliquez ici.

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Olivier d'Auzon

Est juriste, consultant auprès de la Banque africaine pour le développement, de la Banque mondiale ou encore de l'Union européenne. Il a participé à la rédaction de "L'Afrique des nouvelles convoitises" (Ellipses, 2011) et est l'auteur de plusieurs ouvrages juridiques.

Laissez un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

événements et manifestations