En naviguant sur notre site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui assurent le bon fonctionnement de nos services.
Cliquez sur le bouton Plus d'information pour obtenir une aide détaillée sur le paramétrage des cookies dans votre navigateur Web.

Petite philosophie de la guerre

Bois en Argonne dévasté par les combats (octobre 1915) Bois en Argonne dévasté par les combats (octobre 1915) Crédit photo / Archives fédérales allemandes

Avec cette nouvelle année 2014 qui voit battre son plein la célébration du centenaire de la Première Guerre mondiale, il semble opportun de porter notre réflexion le plus en amont possible, non pas sur les circonstances, causes et conséquences d’un conflit meurtrier, mais sur la nature même de la guerre, sa genèse, sa légitimité, sa portée.

Nous le ferons en faisant écho très librement au colloque international organisé par la Fondation Simone et Cino Del Duca, abritée au sein de l’Institut de France, colloque initié en janvier 2013 sous la présidence Jean Baechler et qui pendant trois années s’efforce de mettre en place une approche pluri-disciplinaire du concept de guerre. Le mot guerre est d’un usage tellement large, qu’il paraît nécessaire dans un premier temps de délimiter drastiquement son champ d’application. De la guerre du feu à la guerre du Golfe en passant par la guerre des boutons… le danger est en effet grand de confondre la guerre et conflit violent en oubliant ce qui distingue précisément la guerre d’une expression quelconque de la violence.

Lire la suite dans l'espace adhérents

Pour adhérer à l'association Défense citoyenne, cliquez ici.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Nicolas Vinot Préfontaine

est docteur en philosophie, auteur de nombreux articles dans la Revue d’Études et collaborateur des Petits Platons (www.lespetitsplatons.com). Il mène aussi une activité de coaching philosophique (coachphilo.overblog.com/).

Laissez un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

événements et manifestations